Posted on Leave a comment

Interview de 2 beatmakers : Mofak & Pimoh

L’univers de la danse peut amener à pas mal d’autres embranchements.L’un des plus évidents, c’est le beatmaking : faire du la musique… Rencontre avec 2 artistes bien connus du milieu, qui sont passés de poppers à compositeurs…

Tony Twist : Présentez-vous.

Pimoh : J’ai commencé par la danse en 1993 (New Jack Swing), puis je me suis mis à faire du son à partir de 2006.

pimoh

Mofak : Mofak, de mon vrai prénom Mofak. Popper à la base, je me suis mis à faire des sons en 2009, à la suite d’une blessure à la clavicule.

mofak

TT : Quelle est la méthode pour faire un son ?

P : Il n’y a pas vraiment de recette! C’est plus selon le feeling de chacun. Moi par exemple je mets plus d’accents sur les drums (caisse claire, grosse caisse, claps…) et ensuite je m’attaque aux arrangements mélodiques. Quand je fais un son, du début à la fin je suis dans une recherche : il évolue sans cesse, change de ton, de texture.

M: Je cherche un univers selon l’émotion, selon l’envie. Je commence aussi par le beat aussi, du fait qu’on a une culture West Coast/ Funk.

TT : Quels outils utilisez-vous pour faire vos sons ?

Mofak : Je travaille avec des logiciels ( Reason, Fruity Loops, Cubase) et j’ai 3 synthés. Je bidouille pour obtenir des sons que personne n’a.

Pimoh : J’ai commencé avec une MPC. Je travaille surtout avec des machines : clavier, synthé, expandeur. Pour les logiciels j’ai commencé avec Reaper, puis CuBase. Ensuite Mofak m’a converti à Reason.

akai-mpc500-80446

TT : Comment vous trouvez les différents sons pour faire une musique ?

Pimoh : Logiciels, instruments virtuels, drumkits, les outils sont variés. Sinon j’utilise mes synthés ou je sample à partir de vinyls.

Mofak : Je sample beaucoup les drums à partir des vinyls de funk,parce que j’aime bien le grain. Pour les instruments je joue avec le synthé. On n’a pas les outils de l’époque, les instruments. Du coup on s’en influence mais avec notre vision actuelle : on fait du “New Funk” ou “Future Funk”.

TT : De quelle manière la danse vous influence dans vos compositions ? Est-ce que vous dansez sur vos compositions pour les “tester”?

(Rires des deux) : C’est vrai que ça arrive qu’on danse sur nos sons pour les tester!!

Pimoh : Forcément en tant que danseur, on est influencé dans la composition. En tant que popper je recherche d’abord la grosse caisse, la caisse claire, puis les accompagnements.

Mofak : C’est un avantage d’être danseur. Je ne sais pas si j’aurais fait le même genre de composition si je ne l’étais pas. Dr Dre par exemple était popper avant de devenir rappeur.

Pimoh : Il en avait marre de perdre les battles en finale, et il s’est mis à faire des sons par la suite.  Boo Ya Tribe aussi étaient des poppers.  A Los Angeles danse et sons sont indissociables, c’est la culture du gang. Par exemple le C-Walk appartient au gang des “Creeps”.

Dr. Dre

TT : Qui est dans la scène des beatmakers en France ?

Mofak : A Paname, Il y a surtout du “Detroit Style”, dans la tendance de J Dilla. La culture West Coast s’est un peu perdue.

Pimoh : Il y a vraiment un gros potentiel en France, et je trouve que depuis quelques années le niveau des productions musicales est monté en flèche. Oliver, Tismé, les Durm Dreamers, DJ Stretch… Il y en a trop, et je peux pas tous les citer!! Un gars comme Aaron Evo est l’un des premiers à avoir amené un souffle nouveau en France, avec Space Bella Coola par exemple.

Tony Twist : Que pensez-vous des musiques qui passent dans les battles ?

Pimoh : Aujourd’hui dans les battles on entend beaucoup de sons électro rapides à 120 BPM, pleins d’accents. Je prends le parti de ne pas faire des sons dans cette tendance, je cherche plus à faire du 60/80 BPM. Un son technique mais sans âme ne m’intéresse pas.

Mofak : Du jour au lendemain on n’a plus entendu de Funk dans les battles, c’est dommage.

 Tony Twist : Pour vous, quels sont les artistes musicaux Funk/Poppin de référence ?

Mofak / Pimoh : Bootsy Collins, Parliament, Zapp & Roger, Bar Kays, Cameo, Ohio Players, JBs, Shalamar, Roy Ayers, Ready for the World, George Duke, George Benson…

Mofak : Pour moi les meilleurs sont pour popper ont été produits entre 1980 et 84.

T.T. : Votre actualité : des battles prévus, des événements entre beatmakers ?

Pimoh : A Paris : je sais jamais quand mes sons vont passer dans les battles. Merci à ceux qui me supportent! Mon actu : je travaille sur Fonk Melody vol 3, qui devrait arriver dans le courant de l’année prochaine. Big up à Henock qui organise le “Beatmaker Contest” depuis 2007. Il y a des règles et des samples imposés. Il y a un battle organisé par Vicelow : un danseur plus un beatmaker. Le danseur doit improviser sur le son composé par le beatmaker avec des samples imposés.

beat-dance-contest-2013-04-16-400

Mofak : J’organise “Lords of the Beat” dont la prochaine édition aura lieu en avril 2014 à Marseille. C’est ouvert à tout le monde, avec des gens de toute la France. Cette année il y aura Shurik’n, Akhenaton et Mr Ellipse, champion du monde de beatbox su collectif under control qui a gagné 2 fois le battle beatbox en Allemagne.

T.T. : Où peut-on trouver vos sons ?

Pimoh : Soundcloud pour tous les projets, pas forcément officiels, et Bandcamp. Mofak a sorti un projet sur Itunes. Il faut acheter !! Faire du son demande beaucoup de temps. Je sors un projet par an. Des fois je balance quelques sons sur soundcloud. Des fois on peut passer un mois sur un son! C’est pour ça que c’est payant. Tout le monde a 5 petits euros à mettre…

Mofak : sur Soundcloud, Bandcamp, Itunes. Actuellement je travaille sur un projet. Ce qui prend vraiment du temps c’est mixer et masteriser, pour que le son sorte avec une qualité équivalente sur les différents supports : sono, mp3, autoradio,…  Si tout va bien il sort en février.

T.T. : Le mot de la fin ?

Pimoh : Dédicace à Mofak, Ness,Westgang, les anciens, big up aux frérots, la famille… Je ferai du son tant que je pourrai. Dédicace aux danseurs, mais il y a pas que la danse, il y a plein de choses à côté.

Mofak : Dédicace à tous les danseurs!

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Solve : *
20 − 2 =